Sans contrefaçon

Sans contrefaçon, photographies, 40X60, 2010-2011

Cette série de photographies part d’un constat : l’imaginaire projeté par une société sur le jouet pour enfant. On propose aux petites filles un archétype variant de la princesse à la ménagère (comme maman ?) et aux petits garçons, du militaire au bricoleur (comme papa !). Du diadème au fer à repasser, il n’y a qu’un pas, sois sage !

Les fabricants de jouets pour enfant tentent-ils de brouiller les pistes en créant des G.I, aux visages androgynes, pourvus de T-shirts moulants et de martinets ? Se disent-ils : « poliçons (polissons) les soldats américains pour rendre la guerre accessible aux enfants » ? La série Sans contrefaçon [je suis un garçon], avec ses mises en scènes « naïves », revendiquerait plutôt le vieil adage des 70’s : « faites l’amour pas la guerre ».

L’artiste pose un regard d’adulte sur ces G.I. en les sortant de leur contexte habituel. Elle questionne les codes, les tabous, les assimilations et les postulats engendrés par les représentations, très souvent clichées, de « la culture gay ». Par extension, Sans contrefaçon interroge l’uniformisation des modèles corporels et sexuels offerts par l’imagerie de mode et la publicité. Plus généralement, elle met en avant les sempiternelles pressions familiales à propos du devenir d’un enfant.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s